La révolution informatique continue à tracer son chemin et la finalité aujourd’hui est de fournir une intelligence artificielle de plus en plus interactive, celle qui reconnaitrait tous nos besoins sans qu’on n’ait besoin de le lui dire, celle qui nous informe s’il pleut dehors et qui augmente par la même occasion le chauffage à la maison, bref celle qui pourra nous faciliter vraiment la vie au quotidien.

C’est pour cela que l’on a imaginé Gladys, qui a vu le jour pour la première fois en 2014. Mais à cette époque, le système était totalement basique. La nouvelle version Gladys 3 apporte un nouveau lot d’amélioration pour ne pas dire une révolution. Même s’il est possible pour Gladys 3 de tourner avec un Linux ou un Windows, le système s’épanouit encore mieux installé sur un Raspberry PI.

Les nouveautés de la version 3.0 de Gladys

Par rapport à la version précédente, Gladys 3 offre une multitude de possibilités mais les principales innovations ont été apportées sur la gestion des périphériques, la gestion des commandes envoyées à Gladys, et enfin la facilitation de l’installation et la mise à jour.

La gestion unifiée de vos périphériques

La version précédente pouvait déjà gérer plusieurs périphériques, mais cela demandait du temps de les installer et de les faire reconnaitre par Gladys. Il fallait en effet passer par la création d’un service, des routes d’API avant de retrouver un affichage sur un dashboard. Tout cela pour dire que l’inscription d’un périphérique relevait d’un parcours du combattant. En plus, cela ne faisait qu’alourdir tout le système puisqu’il fallait un dashboard pour chaque périphérique. Dorénavant, la mission sera plus simple car les périphériques sont maintenant inscrits dans un seul dashboard pour un contrôle généralisé. Cela facilitera la tâche à la fois à Gladys, au CPU, au développeur et surtout à l’utilisateur.

Cette généralisation permet d’obtenir quelque chose d’encore plus meilleur. Gladys peut maintenant gérer tous les périphériques comme un ensemble pour créer par exemple une ambiance spécifique à la maison. Si vous voulez une ambiance romantique, Gladys ajuste la luminosité de la pièce, met une musique douce et augmente un peu le chauffage.

Parler à son Gladys, c’est presque possible

Comme Iron man, vous pourrez désormais parler à votre Gladys qui dispose d’une plus grande autonomie pour analyser les questions et proposer une réponse. En réalité, même s’il ne s’agit pas réellement de « parler », la communication est plus poussée. Gladys 3 hérite de la Machine learningqui vous permet de donner des instructions sans vous soucier de vous souvenir des commandes mot pour mot. Gladys reprend le même système d’analyse que Gmail pour classifier les communications. Si vous dites à Gladys je rentre à la maison, le système va l’analyser pour appliquer le mode coming back home.

 

Gladys 3 sur la Raspberry

Gladys 3 est disponible gratuitement et peut être installé sur n’importe quel système d’exploitation. Mais il tourne beaucoup mieux en choisissant le Raspberry Pi qui a l’avantage d’être aussi léger que pratique. Cela a également l’avantage de consommer très peu vu la taille du Raspberry. Gladys 3 est même pris en charge par le Raspberry 0, le nano ordinateur censé être le moins cher. Il suffit juste d’avoir une micro SD de 8Gb minimum pour installer Gladys.

L’installation et la mise à jour ont été repensées avec une décompression ultra rapide. Gladys se chargera lui-même de la recherche de mises à jour disponible avant de les installer après acceptation de l’utilisateur.

 

Gladys 3 est plus qu’un assistant personnel qui gère votre emploi du temps et vos rendez-vous. Grâce à sa connectivité et une intelligence qui apprend, il peut désormais gérer tout votre quotidien en considérant à la fois vos préférences et toutes les données nécessaires pour proposer la meilleure solution.

Notez cet article

94%
94%
Vos votes
  • Note des lecteurs (5 Votes)
    6.8
Partager

A propos de l'auteur

Raspberry Pi France

Un commentaire

Laissez-nous un commentaire !